Algérie : Aujourd’hui c’est le Jour du verdict pour Lucas Alcaraz !

0
314
Alcaraz Algérie
Alcaraz Algérie

Incapable de redresser la barre avec une non-qualification pour le Mondial 2018 à son passif et une série de trois défaites d’affilée, le sélectionneur de l’Algérie Lucas Alcaraz devrait se voir signifier son départ ce mercredi.

 

Cette fois, ça sent la fin pour Lucas Alcaraz. Déjà fragilisé par la non-qualification pour le Mondial 2018, le sélectionneur de l’Algérie a sans doute grillé son dernier joker en s’inclinant 2-0 face au Cameroun samedi dernier dans un match sans enjeu. Ce mercredi, le bureau fédéral de la Fédération algérienne (FAF) doit se prononcer sur l’avenir du technicien espagnol. “Son départ est presque sûr, même si le président Kheireddine Zetchi aurait aimer le garder“, a annoncé une source à l’AFP.

 

La question n’est donc plus tellement de savoir si Alcaraz va partir, mais quand. En effet, afin de ne pas se précipiter pour lui trouver un successeur, la FAF envisage de le maintenir en poste jusqu’au 10 novembre, date du match sans enjeu face au Nigeria comptant pour la dernière journée des éliminatoires du Mondial.

 

Zetchi : le peuple ne veut plus d’Alcaraz

 

L’ancien coach de Grenade a longtemps pu compter sur le soutien de Zetchi. Mais cette fois, face à la contestation grandissante, le dirigeant a dressé un constat d’échec.

Notre choix d’Alcaraz n’était pas le bon puisque les résultats ne sont pas là. Alcaraz assume une grosse part de responsabilité dans les dernières défaites… Si nous prenons la décision de limoger Alcaraz, je suis confiant pour que nous puissions trouver un accord à l’amiable (…). Nous savons que le peuple ne veut plus d’Alcaraz et on ne peut pas aller contre sa volonté, a ainsi lâché le dirigeant dimanche sur le plateau d’Echourouk TV.

 

Nommé à la surprise générale en avril dernier, Alcaraz a commencé par deux victoires poussives en juin contre la Guinée (2-1) en amical et face au Togo (1-0) dans les éliminatoires de la CAN 2019. Mais il reste depuis sur une non-qualification pour le CHAN 2018 avec les locaux et sur trois défaites consécutives avec la sélection A : face à la Zambie en septembre (3-1, 0-1) et donc samedi à Yaoundé. A sa décharge, l’Algérie était déjà très mal engagée dans les qualifications pour la Russie avant son arrivée, mais on était en droit d’attendre davantage de l’Espagnol, qui n’est pas parvenu à mener les Fennecs à leur premier succès dans ces qualifications, pas plus qu’à imposer sa patte. Pour la 5e fois en moins de 4 ans, l’Algérie devrait donc repartir en quête d’un nouveau sélectionneur…

Badou Zaki à la rescousse !?

Le bureau fédéral de Zetchi, qui songe se débarrasser d’Alcaraz dès ce mercredi, n’a plus le droit à l’erreur en ce qui concerne le choix du futur sélectionneur des Fennecs qui succédera à l’espagnol. Les dossiers des candidatures affluent mais un nom revient comme un boomerang. 

Du choix du sélectionneur dépendra également l’avenir du président de la FAF, Mr Zetchi, fort critiqué pour sa décision unilatérale de nommer l’espagnole Alcaraz à la tête des Fennecs. D’où l’importance pour lui d’opérer le bon choix mais cette fois-ci en consultation avec les membres de son bureau fédéral.
Comme nous l’avions annoncé la semaine dernière, le nom du technicien marocain, Badou Zaki est celui qui revient le plus fréquemment dans les discussions à propos des candidats potentiels à la succession d’Alcaraz. Cette fois-ci, c’est la télévision Algérienne qui fait part de cet intérêt mutuel. “N’importe qui rêve d’entraîner une sélection comme celle de l’Algérie” a déclaré l’actuel entraîneur de l’IR Tanger qui jouit d’une grande popularité en Algérie depuis son sacre en Coupe avec le CRB.

 

Partage