Algérie: Les déclarations de Zetchi après la révolution de l’équipe nationale


Dans des déclarations à la Télévision algérienne, le président de la Fédération algérienne de football, Kheireddine Zetchi, est revenu sur la récente mise à l’écart momentanée de certains cadres de l’EN, à l’image de Nabil Bentaleb, Islam Slimani et Riyad Mahrez.

 «On a voulu faire appel à quelques nouveaux joueurs pour les voir  à l’œuvre lors des prochains matchs et c’est la raison pour laquelle nous n’avons pas jugé utile de convoquer Bentaleb, Slimani et Mahrez, des joueurs qui ont toujours été importants pour notre équipe et l’avenir de l’EN se fera avec eux. À partir du moment que nous avons envie de voir d’autres joueurs, je ne vois pas pourquoi tout ce tapage   concernant leur mise à l’écart momentanée. Un joueur comme Mahrez pourrait se blesser, c’est une éventualité. Maintenant, on a envie de voir d’autres joueurs qui évoluent dans notre championnat et d’autres qui jouent à l’étranger.» a déclaré Zetchi

Questionné justement sur les prétendus écarts disciplinaires, Zetchi a reconnu qu’il y avait des choses à revoir à propos de l’attitude d’ensemble des joueurs:

«Seuls les joueurs motivés seront convoqués à l’avenir. Celui qui viendra jouer doit tout le temps faire passer l’intérêt de la sélection nationale au dessus de tout», a-t-il prévenu

Enfin, le dernier registre abordé par le président de la FAF est celui de l’avenir du coach de l’EN, Lucas Alcaraz.

Zetchi a précisé: «Nous allons discuter, entre autres sujets, de l’EN et de son entraîneur. Les membres du Bureau fédéral pourront s’exprimer sur leur vision des choses au sujet de l’avenir d’Alcaraz», a-t-il déclaré. Des informations laissent entendre que des membres du BF s’opposent au maintien du coach ibérique, qui bénéficie toutefois de la confiance de Zetchi, qui précise tout de même: «Une chose est sûre, nous allons poursuivre notre révolution au sein de l’Equipe nationale, avec ou sans Alcaraz», a-t-il conclu

Abdou D, Fennec Football

Réactions et commentaires en bas de l'article

Partager