Équipe nationale : Les cadres adhèrent déjà à la méthode Alcaraz

0
553

Depuis les épisodes Rajevac et Leekens, les fans de la sélection algérienne croisent les doigts à chaque fois qu’un nouvel entraîneur arrive aux commandes techniques des Verts.

 

C’est que l’avenir de ce coach avec le ‘’Club Algérie’’ dépend désormais des relations qu’il entretient avec ses joueurs, notamment les cadres. C’est du moins, le constat que l’on a fait ces derniers mois.

 

L’Espagnol, Lucas Alcaraz, l’a vite compris. La preuve, il n’a pas hésité à sillonner certaines villes européennes juste pour rencontre nombreux joueurs de la sélection nationale. Il n’a pas attendu le déroulement de son premier stage à la tête des Verts pour découvrir son nouveau groupe, mais a préféré gagner leur estime en leur rendant visite chez eux.

 

Un geste qui semble avoir déjà donné ses fruits. Les propos des cadres de l’équipe, à l’image du revenant Feghouli et Brahimi, qui a déjà évolué sous la coupe du technicien espagnol à Grenade, laisse croire que la lune de miel débute bien entre le coach national et ses troupes.

 

«Sur ce qu’on avait vu depuis le début du stage, je peux vous dire que c’était très bien. Les joueurs ont vite adhéré au projet de jeu que souhaite mettre en place le sélectionneur. Maintenant, on n’a pas beaucoup de temps. On va tout faire pour être le plus concentrés possible pour assimiler ce qu’il veut mettre en place. Après, c’est à nous de mettre l’état d’esprit qu’il faut et donner le maximum pour l’équipe», se réjoui Feghouli.

 

«Alcaraz est un coach compétant qui a une grosse expérience derrière lui et qui peut nous servir énormément. Maintenant, c’est à nous les joueurs de faire le maximum et d’être à l’écoute. Comme je l’ai dit, il faut avoir un état d’esprit irréprochable. Et je pense qu’il n’y a pas de raison pour ne pas faire de bonnes choses ensemble en sélection. Il faut faire le maximum et surtout de faire passer l’équipe avant soi», ajoute-t-il.

 

Même son de cloche chez Brahimi, le joueur qui connaît le mieux Alcaraz parmi ses coéquipiers en équipe nationale pour avoir évolué sous ses ordres à Grenade.

 

«C’est ce très bon coach qui va certainement apporter quelque chose à l’équipe nationale. Personnellement, j’ai bien apprécié la période pendant laquelle j’ai joué sous sa coupe à Grenade. J’entretiens d’ailleurs de bons rapports avec lui. Je suis persuadé que tous les joueurs vont bien s’entendre avec le nouveau sélectionneur. On a tous tourné la page de la CAN, et on veut réaliser un nouveau départ», dira-t-il.

 

C’est à Alcaraz donc de profiter de cet état d’esprit de ses joueurs pour redresser la situation. Il est clair toutefois que son avenir dépendra en grande partie de ses résultats techniques. Il doit surtout faire réapprendre ses protégés à gagner, et ce, dès le match de demain contre la Guinée, amical soit-il.

Partager