Interview : Ryad Boudebouz , Monsieur coup franc !


SAMEDI DERNIER CONTRE NANTES, RYAD BOUDEBOUZ A INSCRIT SON 3e BUT SUR COUP-FRANC DIRECT CETTE SAISON. POUR MHSCFOOT.COM, LE MENEUR DE JEU MONTPELLIÉRAIN A ACCEPTÉ D’ÉVOQUER CET EXERCICE AUSSI ÉLÉGANT QUE SPÉCIFIQUE.

 

QUEL EST VOTRE RESSENTI SUR LE SUJET ?

« C’est vrai que ça fonctionne plutôt bien pour moi sur coups-franc directs cette saison (sourire). Plus sérieusement , ce n’est pas mal même si j’aurais aimé marquer celui à Nice aussi (la tentative de Ryad en fin de match s’était écrasée sur le poteau NDLR), car cela aurait été important pour l’équipe. Je pensais que celui contre Nantes samedi dernier allait l’être aussi mais bon… En deux minutes on a vécu un ascenseur émotionnel comme on dit… »

 

PENSES-TU REJOINDRE TINO COSTA ? (5 sur une saison en 2008-2009).

« J’espère… Tino Costa avait un bon pied gauche. C’était un sacré tireur de coup franc aussi. Je l’ai rencontré avec Sochaux lorsqu’il jouait à Montpellier . Pour atteindre ce chiffre, il faut que Steve (Mounié) obtienne le plus possible de fautes devant la surface. Un coup-franc, c’est un peu comme penalty. Quand je suis devant la surface, je m’applique beaucoup. Il faut avoir beaucoup de détermination pour pouvoir marquer à des moments clés du match. Je m’en veux vraiment ne pas avoir marqué celui contre Nice. »

 

EST-CE UN GESTE QUE TU TRAVAILLES DEPUIS TOUT PETIT ?

« Oui. Au quartier, avec les potes, on faisait pas mal de frappes et de coups-franc. Après, au centre de formation Sochaux, j’essayais de travailler ce geste en fin d’entraînement et le mercredi après-midi quand on était libre… et j’ai continué en pro ensuite. Je l’ai beaucoup travaillé. A Sochaux, Marvin Martin tirait ceux pour un droitier et moi ceux pour un gaucher. Pendant un moment, j’avais mis ça un peu de côté parce que j’avais d’autres priorités mais aujourd’hui je m’y suis remis car les coups de pied arrêtés sont tellement importants dans le foot… ça peut faire basculer un match. »

 

TU TE SOUVIENS-TU DES 6 COUPS-FRANC QUE TU AS INSCRIT EN L1 ?

« Le premier, je crois que c’était contre Toulouse avec Sochaux… J’en ai mis un à Rennes aussi… Mon préféré, c’est celui à Marseille cette saison parce qu’il passe au-dessus du mur, ce qui est un peu plus difficile. En plus, c’est au Vélodrome, je revenais de blessure… Je l’ai bien savouré celui-là. »

 

SON SECRET.

« Ce n’est pas un secret, vu que je ne le cache pas (sourire) mais j’aime bien faire un petit trou là où je pose le ballon, comme ça je peux prendre le risque de mettre de la force. »

 

TES RÉFÉRENCES DANS CE DOMAINE ?

« J’aimais bien la façon dont Ronaldinho tirait les coups-franc, comment il enroulait le ballon. Quand j’ai appris à les tirer j’ai voulu les tirer de cette façon et mettre beaucoup d’effets. »

 

TU FAIS PARTIE DU TOP 10 DES JOUEURS AYANT INSCRIT LE PLUS DE COUPS-FRANC EN L1.

« C’est flatteur de figurer aux côtés de tels joueurs car ce sont des joueurs qui ont un pied magique et qui ont inscrit de de beaux coups-franc. Après, je n’ai pas la même façon de frapper que Juninho ou Bastos par exemple. Ils font plus flotter le ballon. Pour ma part, c’est plus avec l’effet enroulé. »

 

LA SAISON DE L’ÉQUIPE.

« Elle est faite de hauts et de bas. Il y a des périodes où ça va mieux et on va dire qu’actuellement, on est dans une période où c’est peut-être un peu plus difficile… mais franchement, dans le contenu des matchs, on se dit que les résultats de nos derniers matchs ne sont pas mérités. C’est ce qui nous rassure. Le contenu des matchs est encourageant pour la suite. »  

 

AVEC 9 BUTS ET 7 PASSES ? RYAD RÉALISE SA SAISON LA PLUS ABOUTIE EN L1.

« Depuis que je suis arrivé ici, je me suis totalement libéré. La saison dernière je prenais déjà énormément de plaisir mais aujourd’hui j’en prends plus que je n’en ai jamais pris durant ma carrière et ça se voit sur le terrain. Le contexte, la confiance du coach, de tout un club… Quand je joue, on me demande beaucoup de choses et c’est ce que j’aime sur un terrain : prendre des risques avoir des responsabilités… J’ai aussi des très bons joueurs autour de moi qui font tout pour que je sois dans les meilleures dispositions et que je leur donne de bons ballons. Forcément c’est plus facile. Ce sont mes partenaires qui font en sorte que je me sente encore mieux. Ils essaient de me donner un maximum de ballons car ils savent que j’aime toucher le ballon dans l’entrejeu, pour ensuite pouvoir le donner aux attaquants… Il y l’âge aussi… Quand on grandit on apprend des choses et dans le foot c’est pareil… Mais je n’ai pas encore tout montré de ce que je savais faire dans le foot (sourire). »

 

 

Réactions et commentaires en bas de l'article

Partager