Algérie : Feghouli fait des révélations sur Rajevac et enfonce Raouraoua


L’international algérien de West Ham (Angleterre), Sofiane Feghouli (27 ans) a révélé que l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale, le Serbe Milovan Rajevac, est le pire entraineur qu’il a connu dans sa carrière, enfonçant ainsi le président de la FAF, Mohamed Raouraoua.

Il a indiqué dans une interview au site la Gazette du Fennec avoir connu plusieurs entraîneurs tout au long de sa carrière de joueur, mais «Rajevac est le pire d’entre eux».

Feghouli dit avoir «découvert» Rajevac lors du stage ayant précédé le match contre le Cameroun.

«J’ai été très surpris de voir Rajevac à l’entrainement», a-t-il dit.

En ce sens, il a estimé que le technicien serbe «n’était pas l’entraîneur adéquat pour l’équipe nationale».

Il a ajouté que

«Rajevac n’avait pas le niveau pour diriger la sélection nationale algérienne. Il n’avait même pas le niveau de la Ligue 1 ou de la Ligue 2. Il ne connaissait même pas les joueurs. En plus, il était irrespectueux, car il appelait Raïs M’Bolhi Goal-man», a encore révélé Feghouli.

«Nous avons rapidement compris qu’il n’était pas l’entraîneur adéquat pour la sélection algérienne et c’est vraiment dommage que nous ayons attendu autant pour agir, car nous avons perdu un temps précieux avec lui. Nous avons concédé un match nul à domicile face au Cameroun (1-1) alors que les Camerounais étaient prenables ce jour-là. Il fallait juste mettre les joueurs qu’il fallait pour ce match. Ce fut une grosse déception dans les vestiaires après la fin de la rencontre, mais je tiens à préciser qu’il n’y avait pas d’agression physique sur l’ancien sectionneur, comme cela a été prétendu ici et là».

Les révélations de Feghouli accablent le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, qui, avait-t-il déclaré auparavant, «fait un mauvais coaching». A cause de ses déclaration et de son franc-parler, Feghouli a été carrément sanctionné par le président de la FAF qui avait rayé son nom de la liste des joueurs retenus pour la dernière CAN au Gabon.

Réactions et commentaires en bas de l'article

Partager