EN : Georges Leekens se retourne vers la défense


Tout le monde s’accorde à dire que le principal chantier de George Leekens avant la prochaine CAN sera au niveau du secteur défensif. Un compartiment qu’il est tenu de trouver un remède pour espérer réussir le rendez-vous gabonais.

En fait, les interminables soucis que font les supporters des Verts au sujet de leur défense, se sont de nouveau confirmés à l’occasion du déplacement du Nigeria. Une cruelle défaite face à un adversaire qui ne s’est jamais montré supérieur sur son vis-à-vis. Mais encore une fois, la sélection nationale paye les frais de sa ligne défensive, source de tous ses maux depuis déjà un bon bout de temps. Une défense qui a été de nouveau changée à hauteur de 80%, puisque seul Ghoulam a été préservé du quatuor qui avait affronté le Cameroun.

Dès lors, les plus avertis sont unanimes à dire que l’on ne pouvait pas s’attendre à un meilleur résultat de la part de l’équipe nationale, du moment que son maillon faible se situe toujours au niveau de son arrière garde, le secteur le plus important dans toute équipe.

La charnière centrale en particulier, composée cette fois-ci de Mandi et Belkaroui, a encore une fois fait des siennes. La première bévue de Belkaroui, dès la 7’, avait donné un avant goût de ce que cette arrière garde va nous réserver face à des attaquants de niveau mondial qui ne laissent passer aucune opportunité pour secouer les filets adverses. Certes, Moses n’a pas profité de cette première erreur du défenseur central de l’ES Tunis, mais il ne va pas en faire de même dès la deuxième bévue du même joueur.
Mandi va lui aussi imiter son partenaire dans l’axe central, aussi bien dans les actions du deuxième que troisième buts nigérians. C’est ainsi, les sélectionneurs nationaux se succèdent sur le banc de touche algérien et le même problème défensif persiste toujours.

Leekens va jusqu’à innover en incorporant Feghouli au poste…d’arrière droit. Un choix qui traduit, on ne peut plus, ce sentiment d’impuissance qui s’empare d’ores et déjà du nouveau sélectionneur qui se rend compte de la difficulté de la mission qui l’attend pour rendre son équilibre à l’arrière garde algérienne, même s’il s’agit d’un sujet qui le maitrise parfaitement, étant donné qu’il avait évolué comme défenseur dans sa carrière de joueur.

Lotfi Bouzidi, Fennec Football

Réactions et commentaires en bas de l'article

Partager